Dans la Sarthe, entre Alençon et Le Mans,
un prieuré roman consacré à l’art et à la musique

Cultural and artistic experiences in situ

Exhibitions

Visit the «Activities» page on www.mayanne.fr

Music festival

Visit the «Activities» page on www.mayanne.fr

Guided tour of the property

Guided visit with the owner of the properties. Groups and individuals from July 1 to August 25 and all year if reserved in advance. Tel: 02 43 97 44 43. Allow between one and half to two hours for the visit. Visit the «Activities» page on www.mayanne.fr for more information.

Les journées européennes du patrimoine

du 16-09-2017 au 17-09-2017

Property owners’ take the floor

The online English translation will soon be available.

Why did you settle in this region, in this place and not elsewhere ?

Ce lieu a répondu à une recherche née de rêves d’enfance, ceux d’un jeune Allemand venu de Westphalie étudier à la Sorbonne et qui achetait alors volontiers « Le Figaro » pour rêver devant les annonces immobilières de maisons, voire de villages à restaurer. Après avoir connu les ruines laissées par la Deuxième Guerre mondiale, j’avais en effet envie d’acheter un lieu authentique, avec de vraies pierres debout depuis des siècles ! Après mon mariage nous sommes donc partis, mon épouse française et moi-même, en quête d’un lieu qui servirait d’ancrage familial et marquerait ainsi une forme d’alliance entre nos peuples. Au terme de plusieurs années de tranquille mais vaine recherche, nous faisant désirer des lieux qui n’étaient sans doute pas pour nous, nous avons découvert en 1972 ce site et surtout ces monuments oubliés, alors à vocation agricole. Saisis par une architecture porteuse de sens et dont nous ne pouvions alors que pressentir l’origine romane, nous avons décidé d’en sauver l’authenticité et d’élever nos trois enfants dans ce cadre de paix, d’esprit et d’une rare beauté.

What can you offer people staying with you ?

Nous proposons et assurons nous-mêmes la visite guidée des lieux. Des concerts sont également proposés six dimanches après-midi pendant l’été dans le cadre d’un festival annuel de musique de chambre et jazz. Nous organisons enfin des expositions d’art très variées.

What specific architectural features does your building have ?

Il s’agit d’un exceptionnel ensemble médiéval qui fut à l’origine un domaine seigneurial pour devenir au 11e siècle la dépendance d’une abbaye bénédictine. Il compte aujourd’hui trois monuments majeurs. Tout d’abord la chapelle, classée au titre des monuments historiques, et qui date de la seconde moitié du 11e siècle. Elle a gardé ses murs d’époque médiévale dont les blessures ont été pansées au fil des siècles dans le plus grand respect de sa vocation sacrée. Sa symbolique numérale a été révélée grâce à la découverte du point central du cercle directeur qui a présidé à l’élévation de hémicycle, à l’orientation de l’abside, comme aux dimensions de la nef et de l’arc triomphal. On peut admirer dans l’abside un très rare « opus spicatum », appareillage à chevrons en brique datant du 11e siècle. Nous avons également retrouvé les vestiges de fresques du 16e siècle. Le deuxième bâtiment est une « Aula », ancienne « Grand’Salle », classée elle aussi au titre des monuments historiques. Elle comprend trois niveaux dont deux salles aux proportions respectant le nombre d’or. Sur un axe basé sur les solstices de la Saint-Jean et de Noël, elle est orientée à l’ouest vers le Mont-Saint-Michel et à l’est vers la Terre Sainte. Dans la salle en rez-de-cour trois piliers portant quatre arcades d’époque Plantagenêt supportent le plancher de la « salle haute » dont la charpente en berceau à l’origine, a été remplacée au début du 16e siècle par une charpente en carène de bateau à l’initiative du cardinal Philippe de Luxembourg, abbé de l’époque et seigneur de Mayanne. Le troisième bâtiment, datant de 1450, est une ancienne grange dîmière à l’architecture singulière : c’est un logis-halle reposant sur dix poteaux de chêne et qui abrite un logis seigneurial de trois étages, une halle centrale et une partie ancillaire. En dehors de ces trois monuments correspondant aux trois fonctions du prieuré – religieuse, seigneuriale et économique – se dresse, accolé à la chapelle, un autre logis seigneurial : la chambre abbatiale qui date du 16e siècle. Deux fours, l’un à pain, du 16e, également classé et l’autre à chanvre, des communs du 18e et du 19e siècle ainsi que trois puits, complètent cet ensemble aux dimensions et orientations rigoureusement symboliques. Le parc, alimenté par trois sources, compte différentes parcelles, comme celle consacrée à l’art topiaire ou le jardin de la chapelle.

Places you would personally recommend

Les amateurs de patrimoine et de culture ont l’embarras du choix entre les petites églises médiévales du Saosnois et leurs peintures murales ou statuaire en terre cuite, le donjon de Ballon, « porte du Maine », mais aussi "La ferme aux histoires" de Nadia Gypteau et Henri Boillot, les Alpes mancelles avec le village pittoresque de Saint-Cénerie, la forêt de Perseigne et ses musées du chanvre, des sabotiers et du vélo, les ruines d’une ancienne abbaye cistercienne où jadis se retira l’abbé de Rancé pour y faire dans la quiétude son noviciat. Et pour les fines gueules, nous pouvons recommander à Beaumont-sur-Sarthe le restaurant La Croix-Margot ou l’Hôtel de la Barque, le restaurant des Étangs Guibert en forêt de Perseigne, Le Parvis Saint-Hilaire, restaurant bio-gastronomique au Mans situé près de la Grande Poterne de la muraille gallo-romaine, et enfin dans le centre d’Alençon, Chez Pedro, un vrai salon de thé, avec son pâtissier et chocolatier.

What is its history ?

Dans la seconde moitié du 11e siècle, c’était une seigneurie d’une terre allodiale. Hugues d’Asnières, des vicomtes du Maine, y édifia une chapelle. La donation à l’abbaye bénédictine Saint-Vincent du Mans de cette chapelle, dotée alors d’une protection papale et des droits seigneuriaux afférents, transformera en effet les lieux en une vaste seigneurie monastique. Jusqu’à sa vente comme bien national après sa confiscation par l’État révolutionnaire en 1792, les moines y avaient soigneusement gardé leur droit de chapelle bien que les lieux aient auparavant souffert des affres de la guerre de Cent Ans et des ravages huguenots du Saosnois pendant la deuxième moitié du 16e siècle. Abandonnés pendant près de deux siècles à un usage agricole nous avons entrepris leur restauration depuis 1972 et la reconfiguration du domaine avec la réunification de deux fermes séparées depuis 1850. L’ensemble a été classé au titre des monuments historiques fin 2013.

Our opinion

Il n’est pas seulement question ici de la restauration exemplaire d’un ensemble de bâtiments que les siècles avaient quelque peu laissé à l’abandon au milieu du bocage saosnois. C’est tout un lieu qui a retrouvé une âme grâce à la dévotion de propriétaires résolus à le sauver. Les murs séculaires de ce hameau bénédictin, sobres et ordonnés, coiffés de tuiles que le temps a patinées, s’ouvrent aujourd’hui aux arts et sans doute aussi à un esprit de méditation retrouvé.

Plus d'informations

Réf 687328

Open from 1st January to 31st December

Share

send to a friend Pinterest twitter Facebook Google Plus

Add to my favourites


E-carte

Send


En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation de nos services. OK En savoir plus