En Anjou, dans le Beaugeois,
un presbytère du 18e siècle intimiste et poétique

Resorts

Property owners’ take the floor

The online English translation will soon be available.

Why did you settle in this region, in this place and not elsewhere ?

Nous souhaitions trouver une région de belles pierres avec un climat généreux, dans une campagne préservée. C'est ainsi que nous avons prospecté en Anjou et par élimination dans le Beaugeois. C'est une campagne calme et préservée, entre Loir et Loire, à deux pas d'Angers, qui bénéficie de la fameuse douceur angevine. Bien sûr, on est aussi dans le Val de Loire avec ses châteaux, ses vignobles, son histoire depuis la Renaissance italienne, ses jardins et parcs. Mais le Beaugeois reste intimiste, discret.

What can you offer people staying with you ?

Nous les invitons à profiter de l'âme et du confort d'une maison à la campagne au sens du 18e siècle. Décorée avec meubles et toiles d'époque, la maison se veut un lieu de paix et de villégiature. Elle est aussi un point de départ idéal pour visiter les hauts lieux de l'ouest de la Vallée de la Loire. La maison étant louée dans son ensemble, cela donne aussi la possibilité de se l'approprier. À l'extérieur, un jardin italianisant (pots de Toscane, citronniers, orangers, figuiers, etc.) offre des chambres de verdure qui poussent à la méditation voire à la contemplation à l'ombre du clocher du village, fortifié et classé monument historique.

What specific architectural features does your building have ?

Le bâti est typique de la région, c'est un édifice très simple, datant probablement du 17e siècle et entièrement remanié au 18e, mêlant pierre des Rairies, pierre de tuffeau et enduis à la chaux. Le tuffeau est une craie micacée ou sableuse, à grain fin de couleur blanche, extraite de carrières régionales et typique de l'architecture des bords de Loire. La pierre des Rairies, plus jaune et plus dure, provient des carrières voisines des Rairies et est essentiellement utilisée pour les parties basses des encadrements. Les extérieurs sont couverts d'enduit à la chaux et au sable, dans une couleur orangée typique du Beaugeois que l'on retrouve sur les châteaux de Durtal, Baugé et de Gastines à Fougeré. Le presbytère était à l'origine clos de murs sur les quatre côtés, mais le jardin ayant été en partie amputé au fil des ans, il est aujourd'hui clos sur trois côtés. Si l'édifice présente toutes les caractéristiques du 18e siècle, ses origines et quelques éléments trahissent une construction du 17e siècle (toiture à deux pans, rondelis, conduits de cheminée aux extrémités…). Entouré de deux dépendances, le presbytère s'organise autour d'une cour à l'avant et s'ouvre sur un jardin d'inspiration italienne à l'arrière. On notera l'escalier en chêne à quart tournant de style Louis XIV, de même que la cheminée Louis XV du salon ornementée d'une fresque à motif de chinoiserie, comme c'était la mode à l'époque, dans le sillage de la Compagnie des Indes et du goût pour l'orientalisme.

Places you would personally recommend

Nous recommandons la boulangerie-pâtisserie Bernard à Baugé (tenue par une Anglaise !), la Route du Sel au Thoureil, et le Moulin des quatre saisons à La Flèche. À découvrir : jeu de boule de fort, jeu traditionnel en Val de Loire et aux frontières de cette région. Les concerts organisés dans la merveilleuse chapelle de Montplacé et l'Opéra de Baugé, en août, raviront les passionnés, sans oublier les expositions Art et Chapelle présentées l'été également.

What is its history ?

En 1308, le curé André Fournier léga par testament le domaine de « Langotière » à l’abbaye de Chalocé. Dans les années 1730, l’édifice appartint à René Le Camus, curé de la commune, issu d'une famille de notables du Baugeois. Lorsque la Révolution éclate, le presbytère appartient au curé Maurice-Vincent Jubin. Comme tous les biens de l’église, la cure est alors nationalisée. La commune revendit ensuite la cure au même curé Jubin avec ses dépendances, à savoir une boulangerie, une grange avec un pressoir, une écurie, une étable, trois toits à porcs, une cour, un puits, et le jardin, avec un fossé entre la cure et le prieuré, aujourd’hui disparu. Après avoir prêché publiquement contre la Constitution, le curé Jubin, en charge depuis 1785, dénoncé au district, prêta serment pour éviter d’être arrêté. Dénoncé à nouveau en 1799, comme suspect de rétractation, il fut incarcéré puis libéré sur l’intervention de Talot et de son ancien vicaire Renou. Il revint alors dans sa paroisse et fut rétabli dans ses fonctions lors du Concordat en 1801. En 1826, il fera don de « la maison presbytérale » à la commune de Cheviré-Le-Rouge qui en restera propriétaire jusqu’en septembre 2010.

Our opinion

Une maison tout entière à soi, entourée d’un jardin d’agrément où buis taillés et haies de charmille s’entretiennent secrètement sous le regard bienveillant du clocher. Ajoutons à cela la douceur des enduits et des chaux, le bois, la terre cuite et la pierre de tuffeau, l’herbe verte et les fleurs de hautes tiges, la tiédeur de l’air angevin et le son de l’angélus, et soudain tout s’assemble, en parfaite harmonie. Et de là, rien de plus simple que de nourrir ses rêves en suivant la vallée de la Loire, plus au sud, à la découverte de ses châteaux.

Prices

between 1400 € and 1500 € / week

Réf 235846

Open from 1st January to 31st December

Accommodation capacity

6 3 3 2

Les grandes pièces à vivre se trouvent au rez-de-chaussée et les trois chambres sont à l'étage.

Facilities and amenities
  • Fitted kitchen
  • Baby bed
  • washing machine
  • heating
  • Animals welcome
  • Wireless Internet connection
  • Dishwasher
  • fireplace
  • barbecue
  • Weekly cleaning service

Languages spoken

English

Share

send to a friend Pinterest twitter Facebook Google Plus

Add to my favourites


E-carte

Send


En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation de nos services. OK En savoir plus